Que faire en cas de surendettement ?

Vous êtes largement dépassé par vos dettes ? Vous ne savez plus quoi faire pour faire face à vos mensualités ? Il n’y a pas lieu de paniquer. Des solutions subsistent pour sortir du surendettement.

L’avantage du rachat de crédit

Le premier recours consiste à procéder à un rachat de crédit. Le rachat de crédit consiste à rassembler vos dettes en une seule unité et à renégocier auprès de votre établissement de crédit la possibilité de rallonger l’échéance de remboursement, et de réduire autant que possible la rémunération du prêt. rachat L’avantage d’une telle opération repose sur l’allègement de vos mensualités. En rachetant donc votre crédit, votre budget reprend son souffle pour pouvoir faire face aux diverses charges du ménage.

Cependant, vous vous trouverez dans une situation d’endettement à long terme et à moindre coût qui vous exposerait à une tentation de contracter un nouveau prêt. Ce qui risquerait par la suite de vous ramener à une situation de surendettement. Donc, il faut très attention.

Saisir la Commission de surendettement

Toutefois, si votre situation se corse et que vous sentez que vous ne disposez vraiment plus de moyens financiers pour payer vos mensualités, vous pouvez saisir la Commission de surendettement auprès de la Banque de France pour vous accompagner dans le sens du désendettement. Pour cela, vous devrez informer votre banque et faire par la suite une demande auprès de la Banque de France. Cette dernière étudiera votre cas et fournira la solution adéquate pour vous sortir du trou du surendettement.

Prévenir le surendettement

Mais pour vraiment faire face au surendettement, il faut savoir l’éviter. Pour cela, il faut savoir entreprendre les étapes clés avant de contracter un quelconque prêt à savoir, en premier lieu, la bonne gestion du budget du ménage. Cette bonne gestion consiste à identifier à l’avance les recettes et les dépenses fixes et variables du ménage. Elle peut se faire mensuellement.

En ce sens, on devrait donc totaliser nos dépenses telles que le loyer, les impôts, les assurances, l’épargne, les frais de transport, les dépenses liées à l’alimentation, l’habillement… et les soustraire aux revenus (recettes) pour avoir la somme restante pouvant être consacrée au prêt.

Tenir une constance dans les habitudes financières

habitudes f

Afin d’assurer à terme le remboursement, il faut autant que possible ne pas changer ses habitudes financières durant l’échéance de remboursements afin de ne pas s’exposer à un risque de non paiement des mensualités. Si vous avez pu revoir à la baisse vos dépenses, tant mieux. Mais si vous l’avez revu à la hausse, attendez-vous au risque de difficultés par rapport au paiement de vos dettes. Une gestion saine de votre budget est ainsi nécessaire pour assurer de manière responsable vos dettes.

Le reste à vivre

Le calcul du « reste à vivre » est également efficace pour mesurer la capacité de remboursement du ménage. Il n’y a nullement besoin d’être un grand mathématicien pour ce faire. En effet, pour avoir le montant du reste à vivre, c’est-à-dire la somme d’argent dont le ménage dispose pour assurer le mois, il faut juste soustraire du revenu les charges fixes. Ainsi, sachez que plus votre reste à vivre est largement élevé par rapport à votre taux d’endettement, plus vous pouvez contracter un prêt et vice versa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *