Interdits bancaires : ils témoignent

Les personnes en situation d’interdit bancaire n’ont pas la vie facile, dans la mesure où les banques ne leur font plus confiance. Pour certains interdits bancaires, cette nouvelle situation a complètement chamboulé leur vie, alors que pour d’autres, la vie poursuit son cours sans soucis.

Michel, interdit bancaire depuis maintenant trois ans

Je dois avouer que la vie n’était pas facile en tant qu’interdit bancaire, surtout au début. Mais il faut savoir que je reconnais mes torts. D’une certaine manière, cette situation m’a beaucoup changé dans la mesure où je prends maintenant conscience de l’importance d’avoir des finances structurées. Mon chèque sans provision n’était d’ailleurs que le résultat d’une immaturité sur le point de vue financier.

chèque sans provision

Tous les jours je me rends compte à quel point il est difficile de vivre normalement quand on n’a pas les moyens de paiements et de retrait classiques. Les liquidités que j’ai sur moi, je les préserve autant que possible et d’ailleurs je suis obligé de frôler l’obsession concernant mes dépenses. Mais au moins je sais ce qui me reste à faire une fois que j’aurai retrouvé mes droits dans deux ans et quelques mois.

Virginie, qui a évité de justesse l’interdit bancaire

Je suis entrepreneure, et dans mon métier, rien n’est aussi stable que je le voudrais notamment au niveau des finances. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai failli tomber dans l’interdit bancaire. À vrai dire, je devais payer un fournisseur. Je lui ai alors donné un chèque, ayant la certitude que j’avais encore de l’argent sur mon compte, certains de mes clients ayant confirmé un virement il y a peu. C’est alors que je fut surprise d’apprendre par ma banque que mon chèque a été refusé, et que je devais régler la situation au plus vite.

Consciente des répercussions que cela pourrait causer à ma société, je me suis empressée de venir à la banque. Le banquier m’explique alors que j’ai deux solutions : soit je verse la somme manquante à la banque et je recontacte mon créancier pour qu’il vienne toucher le chèque, soit j’appelle ce dernier pour lui remettre l’argent en liquide, annulant ainsi mon chèque de banque. Il s’en est alors fallu de peu, mais vraiment de très peu pour que je tombe dans une situation d’interdit bancaire…

Il n’est pas toujours facile de tomber dans une situation d’interdit bancaire. Pour ces personnes, le message est bien compris : on ne les y reprendra plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *