Apprendre à gérer son argent avec la machine à dépenser

Contrairement aux distributeurs classiques qui visent la consommation, la « Machine à dépenser » (MAD) a pour but d’anticiper le surendettement des jeunes. Imaginée par des animateurs socioculturels en collaboration avec des travailleurs sociaux du Centre social protestant (CSP), cette machine à dépenser a été présentée le mardi 20 décembre à la Maison de quartier de Chailly, à Lausanne. Elle se présente sous forme d’un distributeur classique contenant généralement du soda, des paquets de cigarettes et des barres de chocolat. La MAD sera bientôt installée dans divers centres de loisirs.

Un automate modernisé répondant aux attentes des jeunes

Selon Kilian Marlève, animateur au Centre socioculturel de Boisy devenu Maison de quartier du Désert, il se révèle être délicat de discuter du sujet de l’endettement avec les jeunes. C’est pour cela que lui et son équipe ont décidé de concevoir un jeu destiné à les informer tout en leur permettant de s’exprimer. La machine, qui est un ancien automate optimisé, a été créée avec la participation des élèves de l’École technique et des métiers de Lausanne.

Des objets symboliques adaptés aux bourses des jeunes de 15 à 20 ans

Le jeu s’adresse aux jeunes de 15 à 20 ans qui doivent simuler un budget mensuel qu’il s’agisse de leur argent de poche ou de leurs premiers salaires. La machine contient des objets qui représentent les dépenses mensuelles de chacun en matière de loisirs, de téléphone, d’impôts, de transports, d’assurance maladie, etc. Ainsi, ces objets symboliques conviennent à toutes les bourses.

Un premier test par une stagiaire

Permettant d’éviter le surendettement des jeunes, la « Machine à dépenser » a été testée dans un premier temps par une stagiaire de la Maison de quartier prénommée Marie. Rémunérée à 500 frs, Marie sélectionne 50 frs de loisirs, 30 frs de transports, 30 frs également pour sa consommation téléphonique mensuelle, 100 frs d’assurance maladie dont le reste est payé par ses parents. Elle pioche également 100 frs pour ses repas à l’extérieur, notamment ses pique-niques, et choisit d’autres objets affectés au reste de ses dépenses. Chaque objet présente au dos des informations essentielles, un texte explicatif ainsi que des trucs et astuces.

Le tour des centres de loisirs dès janvier 2017

Afin de vérifier que la stagiaire règle ses impôts ainsi que les frais liés à son permis de conduire, Kilian Marlève l’interroge à chaque opération qu’elle effectue. D’après Alev Ucar, travailleuse sociale à Jet Service, le but de cette démarche n’est de faire la morale aux jeunes, mais plutôt d’aborder leur rapport à l’argent en partant de la réalité financière. Des missions de prévention en milieu scolaire et, depuis 2013, en milieu extra-scolaire sont assurées par les professionnels de Jet Service.

Cette Machine s’ajoute désormais aux différents outils développés dans le cadre du Programme de prévention du surendettement financé par les communes vaudoises et le canton. A partir de janvier 2017, elle sera présentée dans quatre centres de loisirs sur les 16 rattachés à la Fondation pour l’animation socio-culturelle lausannoise ou FASL. Par la suite, elle fera également le tour de quelques lieux d’accueil des jeunes dans le canton de Vaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *